Archives mensuelles : juillet 2013

Les glaces de Martine Lambert à Deauville ou Paris : souvenir d’orange sanguine

Glaces et sorbets Martine Lambert, Deauville.

Glaces et sorbets Martine Lambert, Deauville.

C’est le moment ou jamais de partager avec vous une autre étape de mon périple normand, déjà 5 semaines que je vous avais donné ma recette de tarte à la rhubarbe et à la fleur de sureau.

J’avais gardé un vieux souvenir –il y a 20 ans ?- des glaces de Martine Lambert. Je les avais goûtées à Paris, au Parc Monceau, je crois, puis à Deauville. Mon souvenir est assez précis, il porte sur le sorbet à l’orange sanguine et sur les cornets gaufrette, c’est un excellent souvenir.glace 3

De passage en Normandie, je ne résistais pas. Stop dans la grand rue de Deauville, l’institution est toujours là et affiche entre autres parfums orange sanguine.

Je décide de changer et teste pêche de vigne et framboise, les parfums sont très savoureux. En revanche quelques cristaux dans le sorbet pêche de vigne en altère un peu la texture. Mon enthousiasme pour l’orange sanguine a raison de la copine avec qui je suis, et elle en est ravie.

glace 2

C’est l’été, à fond, laissez vous tenter par une petite glace.

Vous pouvez aussi retrouver ces glaces et sorbets à Paris, rue Cler, en plus de Deauville.

Publicités

Le pain de campagne au levain de la boulangerie Vincent, près de Chambéry en Savoie (73).

IMG_20130712_103420Je vous parle de temps en temps de mes escapades dont je vous ramène quelques découvertes. Aujourd’hui il s’agit de la Savoie et de pain.

Je vais régulièrement dans les Alpes, en Tarentaise, et le détour par Voglans fait partie de nos habitudes (merci Gaston, local de l’étape, d’avoir partagé cette adresse).

Juste avant d’arriver à Chambéry, on tourne vers Villarcher (Voglans), où se trouve la boulangerie Vincent. Pas de pains spéciaux : une seule farine (Dégrange, minotier au Bourget-du-Lac) pour un pain de campagne au levain. IMG_20130712_103551On a le choix entre une boule de 1,5kgs, une couronne de 2,5kgs ou encore le petit pain. Encore faut-il avoir réservé, ou être arrivé très tôt ! L’adresse est réputée et les réservations sont indispensables, en particulier pour les petits pains.

En effet ces petits pains subissent pour la plupart le sort du « casse-croûte savoyard ». Ils sont alors coupés en 2, et contiennent un (ou deux ?) diot (saucisse savoyarde) cuisiné dans du vin rouge et avec des oignons. Ils sont proposés dans la salle qui fait bistro, attenante à la boulangerie.

Les petits pains juste sortis du four.

Les petits pains juste sortis du four.

On y côtoie locaux et camionneurs. Animation garantie et sympa. Quand je dis « petit » casse-croûte, cela nourrit son homme. Si on a encore une petite faim, on prendra du fromage de la coopérative de Yenne.

Pour revenir au pain, il a bon goût, il est à la fois dense et avec des trous –embêtant pour le tartiner au petit déj avec les merveilleuses confitures de Paule-.

Sans parole.

Sans parole.

Une chose est sûre, il vaut le détour.

Chez Vincent, Route du Bourget du Lac « Villarcher », Voglans – 04 79 54 41 74

1ier marché de producteurs d’Ile de France organisé par Slow Food avec, en bonus, la recette des champignons de Paris à la plancha.

ardoise1Comme promis, voilà mon compte-rendu du 1ier marché de producteurs franciliens organisé par Slow Food Bastille.

Pour commencer, j’ai découvert le quai du Port de la gare. J’avais entendu parler de ces lieux de concerts le Petit Bain, Le Batofar, La Dame de Canton…, je n’avais jusque là pas eu la curiosité d’aller y faire un tour ni même de les situer. Nous voilà donc sur le quai (on est rive gauche) au(x) pied(s) de la très grande bibliothèque François Mitterrand. Les quais sont aménagés, en ce vrai jour d’été, des tentes sont dressées et abritent des bars et petits restos, les transats sont de sortie. L’ambiance est sympa. La piscine flottante Joséphine Baker jouxte Le Petit Bain. On est accueilli par de la musique, à l’occasion des 2 ans du Petit Bain. Fatiha Mellal, chorégraphe, et Soulist, DJ set, assurent l’animation avec un atelier pour les apprentis danseurs de moins de 13 ans. Super ambiance.

Marine, concentrée, sur son pesto de cresson

Marine, concentrée, sur son pesto de cresson

Et c’est sur le quai que les produits franciliens annoncés par Slow Food sont présentés… et dégustés.

Marine a préparé un pesto à partir du cresson de Méréville de Monsieur Barberon (Essonne). Elle a mélangé au cresson, de l’ail, de l’huile d’olive, de la noix, et du miel pour faire un contrepied au goût marqué du cresson. Elle nous le fait goûter sur un bon pain de campagne et ça marche très bien.

champi1Passons aux champignons de Paris, ils sont magnifiques, rosés, bien fermés. Jérémy (de Slow Food et de l’épicerie Terroirs d’avenir) me précise que le producteur des champignons, Monsieur Spinelli est un vrai troglodyte… on ne le verra pas.

Jérémy prépare les champignons à la plancha.

Jérémy prépare les champignons à la plancha.

Jérémy nous les propose de 3 manières. D’abord simplement cru, en tranche, pas trop fine (2 ou 3 mm) sans assaisonnement, il se suffit à lui-même. Il les a également préparés la veille en pickles et c’est très bien. plancha3Et pour finir, à la plancha. Jérémy a mélangé du vinaigre de cidre, de l’huile d’olive, du piment d’Espelette en purée et sec, de l’ail nouveau, du persil, un peu de menthe pour apporter de la fraicheur et du sel. Il n’utilise que la tête de gros champignons, il commence à les cuire, fond du chapeau sur la plancha, puis les retourne et verse un peu de son mélange sur le fond du chapeau. La cuisson doit être rapide. Résultat un champignon juteux, fondant, une véritable gourmandise. J’ai adoré. plancha5

Le jambon Prince de Paris, fabriqué rue de Charonne dans le 11ème par M. Le Guel, est le dernier méritant l’appellation « Jambon de Paris ». Sélection des bêtes, salage par injection manuelle de la saumure dans la veine du jambon, cuisson à 68° pendant 8h dans un four à vapeur voilà quelques unes des clés de ce jambon à la saveur et au moelleux exceptionnels.

Brie de Montereau présenté par Aurélien.

Brie de Montereau présenté par Aurélien.

Les fabricant-affineurs, les frères Bobin, ne sont pas là pour nous parler de leurs fromages, c’est Aurélien de Slow Food qui les présente. Question brie, je connaissais le brie de Melun, celui de Meaux, cela s’arrêtait là. Nous avons sous les yeux 3 bries de Philippe et Pierre Bobin : brie de Meaux, de Montereau et brie de Nangis. Tailles différentes, goûts vraiment différents également. J’ai craqué pour le brie de Montereau, et un des copains avec qui j’étais a préféré le brie de Nangis. Comme souvent c’est intéressant des les déguster successivement.brie4

Philippe et Pierre Bobin fabriquent d’autres fromages à Saint-Siméon (77) : brie de Melun, coulommiers, brie de coulommiers, Brillat-savarin, Jean de Brie, Vignelait, …Soucieux de faire (re)découvrir les produits locaux et, peut-être de susciter des vocations, ils proposent un espace de réception et découverte. Je vais essayer d’aller leur rendre visite et je vous raconterai…

La bière de La Goutte d'Or.

La bière de La Goutte d’Or.

Enfin découverte avec Quentin de la bière de La Goutte d’Or, brassée artisanalement dans la rue du même nom, dans le 18ème.  Quentin revendique des bières métissées à l’image du quartier. Ainsi l’ « Ernestine », India pale ale du 18ème, rappelle la culture africaine par ajout de Roiboos et de noix de cola. La « Myrha » est une blonde aux essences de dattes, la « Château Rouge » une rousse aux accents épicés et enfin la « Charbonnière », le plus fort degré d’alcool (7,5°), est une bière ambrée aux malts fumés.

Je ne vous parlerai pas du miel… le producteur, pris dans une manif, est arrivé quand je partais. A la prochaine. D’ailleurs Slow Food a l’intention de reproduire ce type de marchés mettant à l’honneur des producteurs locaux. Je vous tiens au courant…

Samedi 6 juillet : marché apéro organisé par Slow Food avec des producteurs franciliens.

Slow Food Bastille organise samedi 6 juillet un marché avec des producteurs d’Ile de France. Déjà l’espace francilien du dernier salon de l’Agriculture faisait bonne figure et nous montrait que l’on peut manger local en Ile de France. Revenons à notre marché, il se tiendra le 6 juillet de 15h à 20h à la péniche « Le petit Bain » (7, port de la gare dans le 13ème à Paris). Les petits producteurs locaux présents exposeront et vendront leur production, des produits de saison, locaux, «bons, propres et justes » (le slogan de Slow Food) et vendus à un prix raisonnable.

Je conserve les mots et qualificatifs de Jérémy, cuisinier et de l’épicerie Terroirs d’avenir, pour vous décrire le programme :

  •  Les champignons de Paris, une véritable tuerie de M. Spinelli, en provenance de Saint-Ouen-L’aumône (95),
  • Le brie de Meaux ultra cremoso de M. Bobin fabriqué à Saint-Siméon (77),
  • Le jambon Prince de Paris, qu’il est bon le cochon, fabriqué rue de Charonne dans le 11ème à Paris par M. Le Guel,
  • Le cresson de Méréville, qui titille les papilles, de M. Barberon dans l’Essonne, 
  • La bière de La Goutte d’Or, brassée rue de la Goutte d’Or (Paris 18ème), que Quentin viendra nous faire découvrir,
  • Et pour finir le Miel Béton de Seine-Saint Denis résultat du travail d’Olivier Darné.

Tous ces produits seront en vente, à déguster gratuitement pour les découvrir, et proposés, transformés ou non, en assiette composée pour accompagner les bières de la Goutte d’Or.

 A samedi à la Péniche.