Restaurant Septime, Bertrand Grébaut propose une cuisine inventive, précise, à la fois simple et sophistiquée.

Septime.

Septime.

Ca y est, j’ai enfin pu avoir une réservation pour le restaurant Septime. Merci au super grand viaduc de l’ascension et vive Paris déserté. J’avais essayé de nombreuses fois sur le site, au téléphone et chou blanc. Donc j’y suis. J’aime ce décor simple, brut, juste coloré par des bouquets de fleurs et bien sûr les assiettes (et les verres). L’ambiance est sympathique et le service précis, aimable et simple. Bien sûr c’est bondé (et bruyant).

La carte est simple, comme la déco, juste les produits. Pas de formule alambiquée ou simili poétique, pas de vocabulaire technique qui ne signifie rien pour la plupart des gens. Les produits à eux seuls et leurs associations incitent au rêve, m’intriguent ; je me demande comment cela va fonctionner.

Le menu.

Le menu (c’est ma photo qui est « pourrie »).

Et cela tombe bien, j’ai le temps de rêver, mes amis sont en retard. J’en profite pour lire et relire le court menu, regarder les assiettes servies et la tête des convives en dégustant, et je salive un maximum.

C’est le déjeuner et je choisis la « formule » entrée-plat-dessert à 28, d’autant qu’une des entrées me met franchement l’eau à la bouche. Asperge, noisette, cédrat.

Deux asperges vertes, une asperge blanche, des petits tronçons d’asperges vertes, des éclats de noisette pas trop petits, du cédrat (peau et pulpe) émincé très fin, des rondelles de radis translucides, un peu d’anchoïade et du pourpier (une variété que je découvre avec sa feuille ronde). J’ai oublié de demander s’il était sauvage et cueilli par Stéphane Meyer, « le » cueilleur de plantes sauvages qui travaille avec Grébaut.

Asperges, noisettes, cédrat.

Asperges, noisettes, cédrat.

Revenons à mon entrée, du croquant, du craquant, de l’acide, de l’onctueux, mousseux. J’ai adoré. Cela me fait penser à Michel Bras et à son gargouillou. Précis et à la fois simple et sophistiqué.

Puis, cabillaud de Saint Jean de Luz, pommes de terre fumées, des feuilles de chou grillées, cresson et beurre citronné. Le poisson est épais, parfaitement cuit. Très bon, cela marche bien.

Ricotta, oseille, orange.

Ricotta, oseille, orange.

En dessert, ricotta vanillée et allégée, sorbet à l’oseille, noix de macadamia, crumble de sucre muscovado, petits morceaux d’orange et de pamplemousse (j’aurai juste limité à l’orange ou bien j’aurai choisi un pamplemousse moins amer, j’ai trouvé que son amertume ne se mariait pas très bien avec les autres saveurs).

La cuisine de Bertrand Grebaut surprend, réjouit. Merci.

Advertisements

3 réflexions au sujet de « Restaurant Septime, Bertrand Grébaut propose une cuisine inventive, précise, à la fois simple et sophistiquée. »

  1. armelle de Saint Sauveur

    Oui, Septime est une supère adresse! J’ai été deux fois à l’improviste, en me faufilant (à 19h30 le soir, et un déjeuner de début de semaine). Donc ne pas se décourager pour les résas (enfin j’habite à côté, ça aide!). Le soir, menu à 55€ à l’aveugle, j’ai adoré! Je n’ai pas eu de menu, contrairement à déjeuner. Donc cinq délices suprises, présentés à leur arrivé par des serveurs et serveuses aussi gentils les uns que les autres, qui s’accroupient à côté de vous pour vous parler de plus près! Intime et sympa… J’ai posé quelques questions sur des produits que je ne connaissais pas (variété anciennes) et j’ai eu des explications claires et sans esbrouffe. Bref, je suis fan!

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s